Apprend-on vraiment avec les neurones miroirs ?

Il faut parfois être vigilant avec les résultats de certaines études. Dans un article récent, deux membres du département de psychologie de l’Université de Heidelberg en Allemagne remettent en question les études qui concluent que les neurones miroirs permettent de comprendre les actions que l’on voit. Les auteurs ont examiné différentes études qui en arrivent à cette conclusion. Celles-ci utilisaient l’argumentation suivante : On peut constater l’activité des neurones miroirs chez des singes, des études ont démontré que de telles neurones existent chez l’homme, l’activité de ces neurones est la preuve qu’un sujet apprend en voyant l’action alors, ce n’est que par l’activité de ces neurones que les humains comprennent vraiment les actions.

Les auteurs utilisent une approche semblable à celle de Platon dans ses dialogues pour mettre en doute les conclusions. Ils nous disent d’abord que les études devraient reposer sur des variables indépendantes et dépendantes, ce qui n’est pas le cas des études citées puisqu’on prend pour acquis que s’il y a de l’activité dans ces neurones, c’est qu’il y a compréhension d’une action. Mais même si on pouvait dire qu’il y a apprentissage dès lors qu’on constate de l’activité (c’est ici qu’on ressemble à Platon), on ne peut pas conclure que cela s’applique aux humains. Et même si cela s’appliquait aux humains, ce qu’on constate est l’activation de neurones mais on n’a pas vérifié s’il y a vraiment compréhension. C’est comme si on supposait que les chiens qui jappent communiquent et donc, dès qu’un humain fait un bruit, il communique. Pour en arriver à cette conclusion pour un processus aussi complexe, il faudrait plus d’arguments et étudier plus de variables à la fois.

Tout cela pour dire que sans dire que les études ne sont pas sérieuses, les auteurs croient qu’il manque de données pour en tirer les conclusions qu’on y retrouve. Ils ne veulent pas dire que les neurones miroirs ne jouent pas un rôle dans les apprentissages procéduraux ou sociaux mais qu’il ne suffit pas que ce soit plausible pour que ce soit démontrer.

Quel sera la prochaine étape maintenant ?

Steinhorst A and Funke J (2014). Mirror neuron activity is no proof for action understanding. Frontiers in human neuroscience, 8:333.

Article complet disponible.

http://dx.doi.org/10.3389/fnhum.2014.00333