Est-ce que je vous l’avais déjà dit ?

Il vous est sûrement arrivé de vous demander si vous aviez déjà dit quelque chose à une personne. Des chercheurs ont voulu étudier la cause de ce sentiment. Ils ont fait une série des trois expériences pour creuser la question.

Ils sont partis d’études précédentes où on constaté que les gens se rappellent plus du contexte quand ils observent quelqu’un qui pose un geste que quand c’est eux qui le posent. Il semble que notre attention se porte dans ces moments-là sur ce qu’on fait plutôt que sur le contexte. Normal alors de moins mémoriser ce qui se passe autour.

Dans une première expérience, on a comparé la fidélité de la mémoire selon que l’on dit quelque chose à quelqu’un ou que quelqu’un nous parle. Le taux de bons souvenirs augmente de 16% quand on s’est fait dire quelque chose. Les chercheurs soulignent que c’est quand même important de savoir qui nous a transmis une information. En effet, si une nouvelle provient d’un bulletin de nouvelles, elle est sûrement plus fiable que si on l’a entendu de quelqu’un dans l’autobus.

Pour la seconde expérience, on s’est demandé si le sujet pouvait avoir de l’influence. On a comparé les résultats des souvenirs selon que les gens parlaient d’eux-mêmes ou d’informations arbitraires sans lien avec eux. Plus on parle de soi, moins on se rappelle bien à qui on l’a dit. Notre attention se porte alors sur notre point de vue et en s’appuyant sur des recherches antérieures du même type, les chercheurs concluent que plus on s’implique émotionnellement dans ce qu’on dit, plus notre mémoire de la personne à qui on le dit diminue.

Dans la troisième phase de la recherche, on a voulu voir si on pouvait améliorer notre mémoire de la personne à qui on s’adresse. On demandé à un groupe de nommer la personne avant de s’adresser à elle. Par exemple : “Martin, savais-tu que j’ai déjà sauté en parachute ?”. Le simple fait de nommer la personne a suffi pour se rappeler mieux à qui on a dit quelque chose. On croit que c’est parce que l’on prend de la distance et que l’on centre son attention sur la personne à qui l’on parle en la nommant d’abord.

Quand vous expliquez quelque chose à un élève. appelez-le par son nom et vous vous rappellerez mieux à qui vous avez donné les explications.

Gopie, N. & MacLeod, C.M. (2009). Destination memory : Stop me if I’ve told you this before. Psychological Science, 20 (12), 1492-1499.

http://dx.doi.org/10.1111/j.1467-9280.2009.02472.x