Quelle est la stratégie à privilégier pour enseigner la résolution de problèmes à des adultes ?

Les problèmes d’arithmétique vont parfois présenter des situations comme :

Alain a 30 ans. Alain a 5 ans de plus que Bernard. Quel est l’âge de Bernard ?

Ici, même si on retrouve l’expression ’5 ans de plus’, il faut faire une soustraction. Dans l’étude, on a appelé ces problèmes ’incongruents’. On a fait des tests chez enfants, des adolescents et des adultes pour voir comment il performait quand on soumettait un problème ’incongruent’ avant un problème ’congruent’. En comparant aux tentatives où ne présentait pas d’abord un problème incongruent, les résultats démontrent que le fait d’avoir un problème incongruent pour commencer augmente le délai de réponse.

Pour aider les adultes en particulier, il s’avère que d’insister sur la métacognition pour leur faire comprendre comment repérer les problèmes et utiliser l’inhibition pour que les apprenants ne répondent pas tout de suite la réponse qui leur vient à l’esprit serait la meilleure façon d’augmenter leur performance dans la résolution de problèmes de ce type. Les chercheurs disent toutefois que d’autres types de problèmes arithmétiques pourraient faire l’objet d’étude pour voir si cela s’applique à tous les problèmes.

Lubin, A., Vidal, J., Lanoë, C., Houdé, O., & Borst, G. (2013). Inhibitory Control Is Needed for the Resolution of Arithmetic Word Problems : A Developmental Negative Priming Study. Journal of Educational Psychology, 105 (3), 701-708.

http://dx.doi.org/10.1037/a0032625